Peintre français contemporain, dessinateur, lithographe, graveur, illustrateur, sculpteur. Participe au mouvement de la Jeune Peinture dans les années 50.
 

Plus tard, il fait partie du groupe des Peintres Témoins de leur temps.


On le considère comme un peintre du XXème siècle appartenant à la Nouvelle Ecole
de Paris.

Peinture
Lithographie
Gravure
Pastels
Pastels
Sculpture
Symphonie en bleue
Symphonie en bleue

1979 Pastel 110 x 75 cm ©ADAGP

press to zoom
Pastel orange
Pastel orange

1986 Pastel 40 x 32 cm ©ADAGP

press to zoom
1986 Pastel
1986 Pastel

1986 Pastel 65 x 50 cm ©ADAGP

press to zoom
Instruments fond gris
Instruments fond gris

37 x 32 cm ©ADAGP

press to zoom
Menhir
Menhir

1986 Pastel 65 x 50 cm ©ADAGP

press to zoom
1986 Pastel
1986 Pastel

1986 Pastel 65 x 50 cm ©ADAGP

press to zoom
Apothéose
Apothéose

1986 Pastel sur papier Japon 40 x 30 cm ©ADAGP

press to zoom
1986 Pastel
1986 Pastel

1986 Pastel 65 x 50 cm ©ADAGP

press to zoom
1986 Pastel
1986 Pastel

1986 Pastel 50 x 65 cm ©ADAGP

press to zoom

La première exposition de pastels a lieu à la galerie Maurice Garnier à Paris en 1976.

Les thèmes récurrents sont l’Atelier et la Femme.

 

Le travail du pastel prend beaucoup d’importance dans les dernières années de la vie de l’artiste.

Deux expositions de pastels à Paris en 1984 et 85 sur le thème « musical ».

Une recherche axée sur les instruments de musique et encore plus marquée vers le non-figuratif.

 

En 1986, André Minaux n’a plus besoin de support réel et produit de nouveaux pastels enrichis de couleurs intenses : des rouges, des gris perlés et surtout des bleus profonds.

André Minaux livre à travers cette technique une véritable synthèse de ses recherches plastiques :

Explosion des volumes, architectures des formes, braise des couleurs. Et au-delà une volonté farouche de saisir l’essentiel.

 

 Les pastels de Minaux font apparaître des figures devenues formes, ces formes sont des couleurs et ces couleurs une matière que le peintre maîtrise à la perfection. Le pastel semble avoir été soufflé, telle une poudre, sur un papier rugueux dont les aspérités recouvertes imaginent le relief. La lumière y joue comme sur un lourd drapé de velours.

 

Ses pastels composent une sorte de « symphonie astrale » où bougent et se rassemblent les formes et les couleurs.

 

« C’est ainsi que Minaux a accomplit sa révolution où l’on voit la lumière invitée dans la couleur organiser le champ libre en un calcul plastiquement et picturalement poétique. » Robert Marteau(Minaux- Les Secrets du Métier-1992)